Pompes récupération d’eau de pluie

Pompes : le choix de la simplicité

La problématique de la récupération d’eau de pluie ne se résume pas à son stockage. Encore faut-il être ensuite capable d’en alimenter l’habitat. A cette fin plusieurs options s’offrent à l’utilisateur.
Il y a tout d’abord la possibilité d’une pompe à pression, ou pompe de surpression. Le procédé est simple, c’est l’entrée de gamme des pompes pour récupérer son eau de pluie. Il s’agit de placer le dispositif en sortie de son réservoir d’eau de pluie. Actionnée elle va drainer l’eau, et l’on peut diriger les tuyaux en sortie de circuit vers l’objectif recherché. Cela peut être pour alimenter la maison, ou bien pour une utilisation périphérique type arrosage. Cette pompe est la solution la plus pratique, et dont l’investissement à consentir est le plus raisonnable. Néanmoins c’est le dispositif à choisir en cas de cuve de récupération placée en hors-sol. Il est donc probable que la pompe émette un bruit parfois dérangeant.

L’alternative de la pompe immergée

Il existe également des pompes dites immergées. Elles se placent dans la cuve, à même l’eau. C’est le choix par défaut dans le cas d’une cuve enterrée, mais elle peut aussi accompagner une cuve hors-sol. Ce type de produit mobilise un budget plus important que la pompe à pression simple. Elle dispose parallèlement d’avantages supplémentaires. D’abord la question du bruit est réglée, puisque l’eau de la cuve va l’étouffer. Et elle risque moins de se salir qu’une pompe extérieure, exposée à l’environnement. Après l’entretien de la pompe immergée est plus contraignant puisqu’il faut la sortir de la cuve à chaque fois.
Les pompes se distinguent également par leur contenance, et même les options dont certaines disposent. On en trouve même capables, aujourd’hui, de faire balancer le système hydraulique de la maison sur l’alimentation municipale en cas de manque dans la cuve. Tout dépend ensuite du budget disponible.

A lire aussi :