Réglementation de la DGS sur l’utilisation de l’eau de pluie

Des projets d’utilisation de l’eau de pluie à titre expérimental, les enjeux environnementaux et économiques de l’utilisation des différentes qualités d’eau ont amené les chercheurs, les responsables sanitaires à explorer les possibilités d’utilisation de l’eau de pluie.

Dans quels cas peut-on utiliser l’eau de pluie ?

L’usage domestique de l’eau inclut l’utilisation de l’eau à des fins alimentaires, pour l’hygiène corporelle, mais également pour le lavage du linge, des véhicules, du sol, l’arrosage des plantes. C’est justement sur cet usage domestique que la DGS admet l’utilisation de l’eau de pluie dans les cas hors alimentation et hygiène corporelle.

Cette utilisation doit est strictement réglementée et doit répondre aux exigences de la DGS, appuyées par l’avis de la CSHPF. Ces exigences concernent tant la récupération des eaux de pluie que les collecteurs ou les récipients de stockage.

La récupération et le stockage des eaux de pluie

La DGS préconise l’installation d’un dispositif de collecte, de stockage et de distribution de l’eau de pluie qui subira un entretien périodique. On portera une attention particulière aux matériaux dont sont fabriqués les récupérateurs d’eau afin d’éviter d’éventuelles intoxications. Les collecteurs d’eau de pluie seront des cuves étanches, telles que les cuves IBC munies de tous les dispositifs nécessaires à un conditionnement sans risques sanitaires.

On pourrait être tenté de raccorder l’eau de pluie au réseau public de distribution d’eau. Ce genre d’installation appelé double réseau est autorisé uniquement sous certaines conditions et strictement réglementé.

A lire aussi :