Matériaux des cuves de récupération de l’eau de pluie

On trouve à la vente des citernes en béton, en polyéthylène et en polyester. Quels sont les avantages et inconvénients de chaque matière ?

Le béton

Le béton est particulièrement approprié dans le cas d’une citerne enterrée de grande contenance. C’est le matériau qui offre la meilleure qualité d’eau. Il contient un ciment alcalin qui neutralise l’acidité naturelle de l’eau de pluie, la rendant moins corrosive pour les canalisations. Une cuve en béton a une durée de vie de plusieurs dizaines d’années. Cependant, des micro-fissures peuvent apparaître avec le temps, et compromettre l’étanchéité de la citerne. Elle doit également être régulièrement nettoyée, car de nombreuses saletés sont retenues par ses parois rugueuses.

Le polyéthylène

Le plastique polyéthylène haute densité (PEHD) est très bien adapté aux cuves hors-sol. C’est un matériau facile à transporter, et peu onéreux. Une cuve en polyéthylène peut aussi être enterrée, ses parois étant renforcées. Le PEHD est résistant aux UV et ne se désagrège pas, ce qui lui confère une très longue durée de vie, et évite l’apparition de particules dans l’eau. De plus, il est recyclable. Mais contrairement au béton, le PEHD ne neutralise pas l’acidité de l’eau de pluie. Ce problème peut toutefois être résolu en plaçant des pierres calcaires à l’intérieur de la cuve.

Le polyester

Le polyester est utilisé dans la fabrication de citernes souples autoportantes. Ces cuves sont pratiques à utiliser, car légères et aisément vidangeables. Ce sont des réservoirs de faible contenance, permettant de stocker de l’eau de pluie destinée à l’arrosage du jardin. Pleine, une cuve en polyester prend la forme d’un coussin, qui lui confère une grande solidité. Elle est entièrement fermée : il n’y a pas d’évaporation, et l’eau est protégée de la pollution de l’air. Le polyester est résistant aux très fortes chaleurs et au gel. Le principal inconvénient d’une telle cuve est son apparence inesthétique.

A lire aussi :