Qu’est-ce que la permaculture ? Et comment l’appliquer à son jardin ou potager ?

Il y a quelques années, un nouveau terme a fait son apparition dans nos sociétés : la permaculture. Au-delà d’un mot, il s’agit d’une philosophie qui s’inscrit dans une démarche durable et écologique, et qui concerne divers sujets, comme l’habitat, l’eau, l’agriculture et l’énergie. Dans un jardin, il s’agit d’apprendre à cultiver en s’appuyant sur la nature, en la respectant et sans utiliser de produits chimiques. La gestion des ressources est aussi un élément important (un récupérateur d’eau de pluie sera très pratique par exemple). Que l’on ait un petit ou un plus vaste potager, avec de nombreuses plantations, on peut donc appliquer cette science. Néanmoins, il convient de bien la comprendre auparavant et ainsi, pouvoir jardiner en harmonie avec la nature.

Définition et grands principes de cette philosophie

Ce concept a été créé dans les années 70 en Australie. Il s’inspire du fonctionnement de la nature et signifiait à l’origine, « agriculture permanente ». Puis, il s’est élargi et aujourd’hui, cela veut plutôt dire « culture permanente, durable ». Le principe est simple : il s’agit de prendre soin de la Terre, des hommes et de partager de manière équitable les ressources. Dès lors la permaculture peut être appliquée sur de grandes surfaces agricoles et maraîchères mais aussi, privées comme des potagers. Le but est donc de créer des lieux de vie et de culture autosuffisants et respectueux de l’environnement et des êtres vivants en s’inspirant du fonctionnement des écosystèmes, avec peu d’outils. C’est donc un véritable art de vivre, très large puisqu’il concerne de nombreux aspects. Mais dans cet article, nous nous limiterons à l’application de ce système au jardin. En effet, il permet un jardinage durable, éthique et plus économique. D’ailleurs, même si vous n’avez pas d’espace vert, vous pouvez vous lancer dans l’aventure avec des plantations sur un balcon.

Comment faire en pratique pour cultiver en permaculture ?

Avant tout, sachez qu’avec cette méthode, on évite les solutions trop coûteuses en travail. Ici, le rendement n’a pas vraiment d’importance. Il faut savoir prendre son temps. Dans un jardin privé, c’est donc tout à fait réalisable puisque souvent, les productions servent à un usage personnel. Concrètement, la permaculture se traduit par des potagers très diversifiés, demandant peu de soins, d’où l’utilisation souvent de buttes de cultures (mais rassurez-vous, vous pouvez vous en passer). En fait, la clé est de respecter la nature, son cycle naturel.
Pour commencer, il faut donc vous familiariser avec votre environnement, à savoir les plantes, insectes et animaux. Avant de cultiver votre terrain, vous devez le connaître. Ensuite, vous devez l’organiser en dessinant un plan et en tenant compte du sol, de l’orientation au soleil et aux vents pour savoir quelles espèces planter et où. Cette étape est importante, alors il vaut mieux prendre son temps pour la réaliser car rien n’est choisi au hasard. Vous devez réfléchir à l’agencement de votre terrain pour mettre les bonnes plantes au bon endroit. Enfin, il faut passer à la mise en place. Là aussi, il y a quelques fondamentaux à respecter : favoriser la biodiversité, ne pas laisser le sol sans couverture (opter pour des paillages végétaux ou engrais verts par ex), optimiser le temps, l’espace et surtout, mieux gérer les ressources en énergie. Et pour cela, vous pouvez installer chez vous un récupérateur d’eau de pluie afin d’éviter de gaspiller cette ressource naturelle. C’est une solution économique, accessible à tous et il peut s’agir d’un premier pas vers un nouveau mode de vie et de jardinage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *