Les pesticides chimiques pour les jardins définitivement interdits en 2019

Dès le 1er janvier 2019, les particuliers n’auront plus le droit d’utiliser des pesticides de synthèse pour l’entretien des jardins. Cette interdiction est instaurée par la loi Transition énergétique pour la croissance verte, qui a été publiée au Journal Officiel le 18 août 2015. Dès lors, il faudra recourir à des alternatives plus naturelles et durables pour avoir une pelouse verte, sans aucune mauvaise herbe et de belles plantations. Avec cette mesure, et plus globalement avec cette nouvelle loi, la France entend bien lutter contre le dérèglement climatique et préserver l’environnement. Pour les consommateurs, cette interdiction est aussi une bonne nouvelle car ces substances chimiques sont particulièrement néfastes pour la santé.

Une mesure nécessaire pour la protection des populations et de la nature

Cette loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte comporte plusieurs objectifs à moyen et long termes. Parmi eux, on trouve la volonté de passer au zéro pesticide en France, que ce soit dans les espaces publics ou privés. Ainsi, depuis le 1er janvier 2017, l’Etat, les collectivités locales et les établissements publics ne doivent plus utiliser de produits chimiques pour l’entretien des jardins, parcs, promenades, forêts et voiries par exemple. Et cette interdiction sera étendue aux particuliers dès le 1er janvier 2019. Elle concerne donc tous les produits phytosanitaires, à savoir les pesticides, insecticides, fongicides, herbicides et tous les biocides artificiels. D’ailleurs, certaines références ne sont déjà plus en vente en libre-service comme le fameux désherbant Roundup.
Et si l’interdiction de ces substances a été votée, c’est parce qu’elles sont nocives pour notre santé mais aussi pour l’environnement. En effet, leur toxicité a des effets sur l’Homme puisqu’elle peut causer des troubles de la reproduction, neurologiques, des cancers, des problèmes respiratoires et de manière générale, elles sont dangereuses pour les utilisateurs et les populations.

Se tourner vers des solutions plus naturelles

Désormais, les jardiniers devront adopter de nouveaux gestes pour l’entretien de leurs espaces verts. Ou plutôt, revenir à d’anciennes méthodes, non-artificielles et qui ont fait leurs preuves par le passé, comme mettre du paillage pour empêcher la pousse de mauvaises herbes, opter pour des engrais naturels, désherber manuellement mais aussi laisser les insectes faire leur travail. De même, ils pourront opter pour des produits de biocontrôle qui doivent remplacer les pesticides chimiques. Ce terme désigne des techniques de protection des plantes au moyen de quatre familles d’agents naturels. On trouve les auxiliaires ou macro-organismes (les coccinelles par exemple), les microorganismes bénéfiques (champignons notamment), les substances naturelles et les médiateurs chimiques.
En fait, se passer de ces produits de synthèse au jardin n’est guère compliqué. Il suffit simplement de raisonner autrement et de ne pas oublier que la nature peut se réguler seule. Parfois, il faut juste lui donner un petit coup de pouce et pour cela, nous n’avons pas besoin d’ingrédients nocifs et dangereux pour l’environnement et notre santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *